ACCUEIL ENTREPRENEURS PÉPITES SAVOIR-FAIRE CORPORATE ACTU PUBLIQUE

Comptabilité : les 10 principes fondamentaux à absolument connaitre quand on gère une entreprise

Publié le Mercredi 14 Decembre 2016

Inventée dans la région de Sumer en Mésopotamie pendant la Haute-Antiquité, la comptabilité s’est vite imposée comme une pratique essentielle aux différentes activités économiques à travers les âges. C’est notamment à l’appui de celle-ci que le capitalisme a vu le jour en particulier dans les villes marchandes flamandes et italiennes. La pratique fut ensuite clarifiée et normée à partir du 19ème siècle avec l’établissement de principes fondamentaux régissant la matière et qu'il faut (encore aujourd'hui) absolument connaitre lorsque l'on gère une entreprise.

Aujourd’hui répertoriés dans le Plan Comptable Général et dans le Code de commerce, ces principes sont la base du fonctionnement d’une entreprise. Tour d’horizon avec les 10 plus importants d’entre eux.

1) Le principe de continuité de l’exploitation

Ce principe dispose que lors de l’établissement des comptes à la fin de l’année, on considère que l’entreprise en question va poursuivre son activité normale à l’issue de l’exercice. Cela permet ainsi de justifier l’amortissement sur plusieurs exercices des différents investissements d’une société.

2) Le principe de permanence des méthodes

Selon ce principe, une société doit impérativement recourir aux mêmes méthodes afin d’établir sa comptabilité, et ce, dans le but de rendre comparables les exercices les uns avec les autres. Il est toutefois possible de déroger à cette règle sous certaines conditions (notamment si cela permet d’avoir une information de meilleure qualité).

3) Le principe d’indépendance des exercices

La vie d’une entreprise est composée de plusieurs exercices d’une durée égale à 1 an. Ce découpage permet notamment que charges et produits soient affectés précisément à l’exercice les concernant.

4) Le principe du coût historique

L’enregistrement des biens se fait au coût d’acquisition pour les biens achetés, c’est-à-dire à la valeur vénale pour les biens obtenus gratuitement et au coût de production pour les biens effectivement produits.

5) Le principe de prudence

Ce principe indique qu’en fin d’exercice comptable, l’entreprise doit intégrer à sa comptabilité des pertes probables ou certaines sur l’exercice en question (bien qu’apparaissant par la suite) et ce, dans le but de ne pas grever le patrimoine et les résultats de la société.

6) Le principe de bonne information

Toute information permettant une bonne compréhension des comptes annuels doit figurer sur les documents comptables.

7) Le principe d’importance relative

Selon ce principe, certains éléments non significatifs peuvent être omis des documents comptables alors que les éléments importants doivent absolument y figurer.

8) Le principe de non-compensation

Ce principe dispose que les actifs et les passifs d’une entreprise doivent être évalués séparément. Par ailleurs, il est impossible de fusionner créances et dettes ou produits et charges, et ce, dans le but de livrer une image fidèle de la réalité comptable de la société.

9) Le principe de prééminence de la réalité sur l’apparence

Les opérations comptables doivent être traduites selon leur réalité économique plutôt que selon leur nature juridique.

10) Le principe d’intangibilité du bilan d’ouverture

Enfin le dernier principe énonce que « le bilan d’ouverture d’un exercice est obligatoirement identique au bilan de clôture de l’exercice qui a précédé ».

10 principes qui cadrent donc une matière aussi ancienne que nécessaire à toute activité entrepreneuriale et qui permettent de mieux comprendre une pratique qui reste en grande partie la chasse gardée des experts en la matière.

Et pour ceux qui voudraient appronfondir, voici une présentation synthétique et enrichissante de la comptabilité.

Sur le même thème

AUTEUR
MON ARTICLE
MA STRATEGIE RESEAUX
MES MARCHES PUBLICS



Chaîne Youtube PMELink