ACCUEIL ENTREPRENEURS PÉPITES SAVOIR-FAIRE CORPORATE ACTU PUBLIQUE

Yiqing Yin : le parcours exceptionnel d'une reine de la mode pas comme les autres

Publié le Vendredi 18 Mars 2016

La maison Yiqing Yin vient d'obtenir sa labélisation « Haute couture », et fait désormais partie du club très fermé des 14 maisons parisiennes ayant eu cet honneur. © Journaldesfemmes.com

Yiqing Yin est à la mode parisienne ce que la cerise est sur le gâteau. La jeune créatrice à su s’imposer en moins de 10 ans comme une reine de la mode en proposant des créations osées et surtout originales de par la relation particulière qu’elle entretient avec le textile qu’elle ne cesse de sublimer.

Le 16 décembre dernier, la fédération française de la haute couture accordait l’appellation « haute couture » à l’une des maisons parisiennes les plus prometteuses : Yiqing Yin. Une reconnaissance qui met en lumière une créatrice sino-française au talent précoce qui repense la femme du futur en chamboulant les codes établis.

La capitale française en ligne de mire

Aujourd’hui âgée de 30 ans Yiqing Yin est une figure incontournable de la mode parisienne. Un statut qu’elle doit autant à son talent qu’au riche parcours de son enfance. Arrivée en France à l’âge de 4 ans, elle y passe une partie de son enfance avant de partir pour l’Australie. Elle revient néanmoins à Paris pour terminer ses études à l’ENSAD.
Au cours de sa formation, Yiqing Yin apprend à travailler la matière et découvre le potentiel du textile, l'examinant et le travaillant sans cesse. Forte de cet apprentissage, la jeune Yin développe un style très singulier intégrant une approche très architecturale dans son procédé de création.

Un parcours exemplaire

En 2009, la créatrice obtient brillamment son diplôme à l’ENSAD et commence à collectionner les récompenses. Elle récolte ainsi « Le prix de la création » de la ville de Paris la même année et le prix de l’Association Nationale Des Arts de la Mode (ANDAM) deux ans plus tard.

Une reconnaissance de la profession qui lui permet très vite de se distinguer. Invitée du Calendrier de la haute couture en 2012, sa nouvelle collection est très bien notée par la critique et son style fait déjà des émules. Ses créations sont décrites comme étant «  protectrices : à la fois seconde peau et armure molle, nuage et carapace », son travail architectural est admiré.
C’est donc à partir de ce moment que les magazines de mode commencent à la prendre au sérieux et la médiatisent. Ses créations font la couverture de plusieurs grands médias, on les voit même dans les courts-métrages réalisés par Bruno Aveillan pour les marques Cartier et Guerlain.

 

Une portée médiatique plus grande

Désormais connue par les grands noms de la mode, la créatrice va définitivement assoir sa notoriété un soir de mai sur la croisette. Ce jour-là, la maitresse de cérémonie du Festival de Cannes, Audrey Tautou, lui permet de se révéler au grand jour en arborant l’une de ses robes en organza et mousseline de soie.



Aujourd’hui dotée d’un CV bien construit, avec notamment une expérience auprès de la maison Léonard, et d’une ambition toujours intacte Yiqing Yin vient de passer à une nouvelle étape de sa carrière. Démissionnaire de son poste de Directrice artistique de la maison Léonard en décembre dernier, elle a décidé de se consacrer à sa propre marque homonyme fondée en 2010 avec une ambition simple : bouleverser les codes de la mode parisienne. Un projet qui semble tout à fait réalisable pour la jeune créatrice qui, de par sa labélisation « Haute couture », fait désormais partie du club très fermé des 14 maisons parisiennes ayant eu cet honneur.


Interview Yiqing Yin ©Le Temps

Une femme entrepreneure que l’équipe de PMElink se fera un plaisir de suivre.

Julycia


Sur le même thème

AUTEUR
PERSONNES EN LIEN
SOCIÉTÉS
MON ARTICLE
MA STRATEGIE RESEAUX
MES MARCHES PUBLICS



Chaîne Youtube PMELink